Bingerville (Abata) / Conflit foncier : Jean-André Ahipeaud (opérateur économique) dénonce l’expropriation de son terrain par le Groupe Famille et Education

0
58

Une parcelle de 3000 m2 située à Abatta sous-préfecture de Bingerville est actuellement au centre d’un litige foncier opposant Jean-André Ahipeaud Ahipeaud président Directeur Général (PDG) de J3A Technologies au Groupe  Famille et Education.  Cette crise entre ces deux parties a débuté en 2010. 

Pour faire la lumière sur cette affaire, l’opérateur économique Jean-André Ahipeaud Ahipeaud  s’est adressé   le mardi dernier à la presse depuis Paris par vidéo-conférence. Selon lui,  dans le but  d’étendre ses activités  en Afrique notamment en Côte d’Ivoire, il a décidé d’acquérir une parcelle dans son pays en vue de construire une usine de montage et de fabrication de ses smartphones et autres.

C’est ainsi qu’en 2007  il  achète un terrain de 3000 m2 auprès de la famille Atchado. En 2017, il obtient la signature de la lettre d’attribution. La même année, l’acquisition du relevé topographique, le bornage, le titre foncier lui sont délivrés par les services du Cadastre. Le relevé topographique, a souligné le conférencier, indiquait  que ‘’mon terrain était le seul à avoir été borné dans la zone. Les autres n’étaient que des terrains appartenant à la famille  Atchado’’.

Rentré en France le PDG de J3A Technologies attendait patiemment d’entrer en possession de son ACP, quand il est abordé en 2010 par Dembelé Ousmane  enseignant au département de Géographie de l’Université Félix Houphouët-Boigny, lui proposant au nom de Famille et Education  de déplacer son terrain. Une doléance immédiatement refusée par l’opérateur économique.

La même année Famille et Education qui a détruit le mur construit par Jean-André Ahipeaud Ahipeaud sur son terrain sera déroutée en justice et a été sommée de reconstruire ce mur.

Décembre 2014, Famille et Education fait une offre d’achat à Ahipeaud par le biais de son avocat Me Enokou Gustave. Ce dernier oppose à nouveau un refus catégorique.

En 2015, rentré au pays dans le but d’accélérer son dossier en vue d’obtenir son ACP et bénéficier d’une aide d’institutions bancaires françaises, l’opérateur économique apprend par courrier signé de M. Dosso alors directeur juridique du Ministère de la Construction et de l’Urbanisme que son terrain se retrouve dans l’ACD concédé à Famille et Education.

Toutes choses qui ont poussé Jean-André Ahipeaud Ahipeaud à sortir ses gangs et porter plainte en 2017 contre Famille et Education pour faux et usage de faux pour avoir ignoré le bornage de sa parcelle intégrant ainsi de fait sa parcelle dans la leur. L’affaire est aux mains du  tribunal des délits divers d’Abidjan.

L’opérateur économique a aussi porté plainte contre les villageois vendeurs de terrain. Les concernés dans un procès-verbal ont réaffirmé reconnaître Jean-André Ahipeaud Ahipeaud comme seul acquéreur du site. Ce procès-verbal qui fait office de renseignement judiciaire a été retransmis au Parquet, mais la Cour suprême qui a été saisie par l’opérateur économique a jugé le dossier irrecevable car hors délai.

Le plaignant invite la Jusctice à dire le droit car si la vérité n’est pas dite par la justice ivoirienne, il sera obligé de faire recours à la justice internationale.

Dans le but d’équilibrer l’information nous nous sommes rendus à l’Ecole des Familles Etimoé à Abatta, propriété de Famille et Education. Le secrétaire de cette école M. Diané, qui nous a reçus,  a promis informer ses responsables pour que ceux-ci nous livrent leur version des faits.

Jean-Marie AKA