BIODIVERSITE: OUVERTURE DU CONGRES DE LA SOCIETE AFRICAINE DE PRIMATOLOGIE

0
237

Le congrès de la Société Africaine de Primatologie (SAP) co-organisé par le Centre suisse de recherche scientifique (CSRS) et l’UFR Biosciences de l’Université Félix Houphouët-Boigny s’est ouvert le lundi  24 juillet 2017 au pôle scientifique et de l’innovation sis à Bingerville.

Durant quatre jours, il s’est agi, pour les participants venus d’horizons divers, de mener des réflexions sur l’importance des primates. Dans son allocution de bienvenue, le Professeur Bassirou Banfoh Directeur du Centre suisse de recherche scientifique a souhaité que l’Union Européenne transfère un centre de gravité de la recherche en Afrique à travers la Société Africaine de Primatologie pour la conservation des primates.

Dans une présentation, le Professeur Enza Koné, responsable de la direction de recherche et de développement du CSRS s’est appesanti sur la notion de primate non humain (Bonobos, chimpanzé, et gorille), leur importance écologique, économique et les enjeux d’une société africaine de primatologie pour la protection des primates.  « Une étude montre qu’en Afrique les primates sont menacés, les causes de cette menace sont entre autres le braconnage, le trafic d’animaux …etc. L’objectif de la société africaine de primatologie est de promouvoir la recherche et améliorer la conservation des primates avec une plus grande implication des primatologues Africains », a-t-il indiqué.

Prenant la parole, le Ministre des eaux et forêts Alain Richard Dowahi s’est réjoui de la tenue d’un tel congrès en terre ivoirienne. Il a souhaité l’implication de tout un chacun pour une stratégie innovante pour la conservation des primates. Cette rencontre des primatologues sera marquée par la première assemblée générale de la SAP le mercredi 26 juillet.

Adonis N’guessan