Grugés dans une opération immobilière : Des militaires menacent…

0
437

Le collectif des souscripteurs au projet immobilier dénommé « collectif des forces de défense et de sécurité de Côte d’Ivoire » (CFDS-CI) représenté par l’adjudant Sobe Djedjess Alphonse, le sergent Angoua Kouassi Benjamin et le sergent Adiko a porté plainte au bureau du procureur militaire contre le sergent Tapé Kagnini Mle 002-85-005934 en service au GMMG, le sergent chef Grogui Dago Mle 001-87-7741 et le sergent chef Bohoussou en service BCS pour restitution de fonds. En effet, le collectif a souscrit depuis décembre 2008 pour un projet immobilier cautionné à l’époque par les autorités militaires, dont le prélèvement était fixé à 50 mille CFA par mois pour un délai de 10 à 20 mois. Ce prélèvement s’est même effectué à la solde. 10 ans après, les souscripteurs n’ont pas eu gain de cause, pire, aucune maison n’est sortie de terre, sans non plus de remboursement. L’affaire est dans  l’impasse, les multiples rencontres entre souscripteurs et promoteurs n’ont jamais abouti à des résultats satisfaits. Selon les dirigeants du collectif, les promoteurs les narguent, en leur délivrant des bordereaux fictifs de retrait invalides. Les souscripteurs sont donc face à un abus de confiance et détournement de fonds pour les comptes du personnel des promoteurs. Face à ce constat, le CFDS-CI a décidé de porter l’affaire à la connaissance du procureur militaire le 14 août 2017, car bien avant une rencontre s’est tenue le mardi 13 juin 2017 de 10h30mn à 13h35mn à la salle de conférence du CGAFD entre les militaires membres du collectif des CFDS-CI et les promoteurs en présence de Kroman Lahassani, conseiller juridique du ministre auprès du président de la république, chargé de la défense, le capitaine Tadet Thomas, sous-directeur du contentieux à la direction de la législation militaire (DLM) et son collaborateur, l’AC Dagou Yapi Raphaël. Après les débats, il a été retenu que Messieurs Kagnini Tapé Louis, président du collectif CFDS-CI, Bohoussou Kouakou, vice-président et Grodji Dago Paul, secrétaire ont tous reconnu avoir déménagé les fonds des comptes l’association,  par conséquent l’Assemblée leur accorde un délai d’une semaine pour le remboursement de leur dû, faute de quoi, ils s’engagent à assumer toutes les conséquences que cela pourrait entraîner. Le doyen des juges d’instructions militaire Koffi Roger est bien informé de cette escroquerie rocambolesque. Malheureusement jusqu’à ce jour, les souscripteurs ne savent plus à quels saints se vouer, voilà pourquoi ils interpellent le chef de l’État, chef suprême des armées pour que justice soit rendue. Ils tirent la sonnette d’alarme auprès du ministre d’État, ministre de la défense Hamed Bakayoko, le CEMA le Général Touré Sékou et le chef d’État major particulier du chef de l’État, Diomandé Vagondo. Si rien n’est fait, menacent-ils,  la situation pourrait dégénérer les semaines et mois à venir.  Notons pour terminer que c’est plus 200 militaires qui ont été grugés, pour un montant total de 83 millions sept cent trente sept mille soixante onze franc CFA.

Rodrigue Koffi