INTERVIEW : Sangaré Marie-Thérèse, Directrice Générale Hôtel Etoile Du Sud(EDS) : « L’Etoile du Sud représente une nouvelle génération de lieu de repos combinant beauté naturelle et culturelle »

0
610

Que devient l’industrie touristique et hôtelière dans la cité balnéaire de Grand-Bassam plus d’un an après l’attaque terroriste du 13 mars 2016  survenue dans  la première capitale ivoirienne ? Pour répondre à cette interrogation et évoquer les perspectives en la matière, infodusud.net a rencontré pour vous, Sangaré Marie-Thérèse, Directrice Générale de l’Hôtel Etoile du Sud, une des cibles de ladite attaque.

 

Présentez-nous-en quelques mots L’hôtel Etoile Du Sud

Situé dans la station balnéaire de Grand-Bassam, à quelques pas du Musée des Costumes, l’Hôtel Etoile Du Sud offre une belle vue sur la mer. Il est doté de 42 chambres entièrement climatisées, dont 2 suites. Il propose un Bar, un restaurant unique le Beach, une piscine extérieure ouverte toute l’année, des salles de séminaires et une aire de jeux pour les enfants. Toutes les chambres donnent un accès gratuit à la piscine et comprend des privilèges tels qu’arrivée express, et WIFI gratuit. Pour les entreprises, une offre « Meeting » comprenant l’organisation d’événements, de séminaires dans nos salles de réunions d’une capacité totale 200 places.

A quoi répond la présence d’Etoile Du Sud au SITA 2017 et quels étaient vos attentes en participant à ce salon ?

La présence de l’hôtel Etoile du Sud nous a permis de nous faire encore connaitre par les visiteurs vivant en Côte d’Ivoire et à l’étranger. L’Etoile du Sud représente une nouvelle génération de lieu de repos combinant beauté naturelle et culturel car classé sur le site du patrimoine historique par l’UNESCO. L’implantation, le choix d’une destination telle que Grand – Bassam est un facteur direct indéniable. Par conséquent, nos attentes à ce salon étaient que l’attrait de cette destination touristique influence les chances de succès d’une entreprise tel que EDS. Nous souhaitons en 2017 / 2018 afficher un taux d’occupation annuel beaucoup plus élevé et un meilleur résultat financier.

Peut-on avoir le bilan des activités menées au cours de l’année 2016, et quels sont perspectives pour 2017 ?

Les évènements dramatiques de mars 2016 ont eu comme conséquence grave, une défection de notre clientèle habituelle par manque de suivi dans le soutien psychologique, manque de communication « spécifique » envers les clients actuels et potentiels pour leur ôter la peur de revenir sur Grand-Bassam.

Quels sont vos objectifs à court et à long terme ?

La tendance actuelle consiste à élaborer des offres personnalisées, s’adressant à des catégories particulières de clients ; ceci ouvre des horizons nouveaux pour l’hôtelier capable d’innover. Par conséquent, l’innovation est une nécessité pour EDS. Il est donc indispensable pour nous de se différencier pour faire face à la concurrence.

Peut-on avoir le nombre d’affluence-jour ?

Nous avons actuellement une tendance à la hausse de l’affluence, en particulier les weekends mais cela reste insuffisant car nous embarquons les mêmes charges fixes. Cependant nous comptons à la fois sur vous la presse, les ivoiriennes et les ivoiriens en vue de fréquenter plus ardemment l’Etoile du Sud.

Quel rapport Etoile du Sud entretient-il avec l’Etat ivoirien et ses structures ? Que pensez-vous de la fiscalité ivoirienne ?

L’Etoile du Sud entretient de bon rapport avec l’Etat ivoirien. Il n’en demeure pas moins que nous sollicitons un accompagnement beaucoup plus ferme dans le domaine fiscal.

Pensez-vous que le déficit en hôtellerie en Côte d’Ivoire est comblé ?

Non, le déficit en matière d’hôtellerie reste à combler. Il s’agit donc de créer des offres innovantes, en phase avec les modes et les goûts du moment. En Côte d’Ivoire, nous comptons moins de 10 hôtels en mention 4 étoiles ce n’est pas normal vu l’énorme potentiel en matière de tourisme qu’offre notre pays, en particulier dans la région des Montagnes, le Sud Comoé, la région des Lagunes etc.…

Quel est selon vous la place qu’occupe Etoile du Sud dans le processus de développement de la Côte d’Ivoire ?

Etoile du Sud occupe une place importante dans le développement, notamment en termes d’employabilité dans la ville de Grand –Bassam. La croissance économique de la Côte d’Ivoire, par le développement du tourisme, est au cœur des enjeux de notre société. Cette volonté déclarée émane non seulement d’une déclaration de l’exécutif, mais fait partie du crédo de l’Etoile du Sud.

Parlez-nous des innovations qu’Etoile du Sud apporte au secteur de l’hôtellerie.

En matière d’innovation, sachez qu’actuellement les clients recherchent des produits séduisants, synonymes de nouveauté et de découverte. Pour l’Etoile du Sud, cet état d’esprit doit se traduire par un nouvel esprit. Il s’agit donc de créer des offres innovantes, en phase avec les modes et les goûts du moment. Il s’agira également de renouveler constamment notre offre.

Que pensez-vous de la floraison des hôtels en Côte d’ivoire ?

Il n’ya pas de floraison d’hôtels en Côte d’Ivoire mais je note qu’entre 2016 et 2017, 2 hôtels de grandes capacités ont été crées en Côte d’Ivoire (le Radisson et AZALAI).

Cette année aura lieu à Abidjan le Salon de l’architecture et du bâtiment (ARCHIBAT 2017), Etoile du Sud sera présente à ce rendez-vous ?

EDS ne sera pas présent à ce salon. En revanche, dans le cadre de notre projet de développement, nous irons consulter des architectes.

Votre mot de fin 

A Grand- Bassam, l’hôtellerie joue un rôle très important dans l’économie nationale. Elle tient une place prépondérante. Depuis l’attaque de mars 2016, le tourisme et l’hôtellerie à Grand-Bassam vivent une terrible crise économique sans précédent. C’est pourquoi l’intervention directe de l’Etat est attendue, à savoir pour les dégrèvements, la réduction des impôts fonciers, des impôts divers, les facilitations sur les paiements des factures- fournisseurs telles que la CIE nous soulageront et nous seront d’une aide inestimable vu l’ampleur des pertes que cette tragédie a occasionnées.

Réalisée par Adonis N’Guessan (coll : Hervé Gobou)

rvgobou@yahoo.fr