Lutte contre l’apatridie et retour viable des rapatriés ivoiriens : L’Italie et la République Tchèque accordent 2 millions d’euro au HCR

0
394

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

Abidjan, Côte d’Ivoire, 29 novembre 2017 – En marge du Sommet Union Africaine – Union Européenne, le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés salue la généreuse contribution de l’Italie et de la République Tchèque d’un montant de 2 millions d’euro (1,3 milliards de francs CFA) pour ses opérations en faveur des apatrides et des personnes à risque d’apatridie ainsi que des rapatriés ivoiriens.

La cérémonie du lancement de cet important projet s’est déroulée le mercredi 29 novembre 2017, à Abidjan Sofitel Hôtel Ivoire, entre Monsieur Aleš Chmelař, Secrétaire d’Etat pour les Affaires Européennes de la République tchèque, Monsieur Mario Giro, Ministre Adjoint des Affaires Etrangères de l’Italie et Monsieur Mohamed Askia Touré Représentant Résident du HCR en Côte d’Ivoire.

‘‘Pour la République tchèque, il est très important de pouvoir soutenir cette initiative du Gouvernement ivoirien et du HCR en vue de répondre aux problèmes des apatrides et des réfugiés. Le gouvernement tchèque apprécie les efforts du gouvernement ivoirien pour la réintégration des rapatriés.’’ a déclaré Monsieur Chmelař.

‘‘Le Gouvernement ivoirien et le HCR sont résolument engagés à éradiquer l’apatridie d’ici 2024 et ce don de l’Italie et de la République Tchèque représente un pas important vers l’atteinte de ce objectif’’ a déclaré de son côté Monsieur Mohamed Askia Touré, Représentant Résident du HCR en Côte d’Ivoire. ‘‘Cette contribution permettra d’augmenter la capacité du HCR à assurer un retour dans la sécurité et la dignité à 14 763 réfugiés ivoiriens de la sous-région et de leur réintégration durable dans leur pays, la Côte d’Ivoire ’’a-t-il déclaré.

Aujourd’hui à travers le monde, plus de 10 millions de personnes sont reconnues comme n’appartenant à AUCUN ETAT, dont 693 000 en Côte d’Ivoire. Dépourvues de documents d’identité, ces personnes n’ont souvent pas la possibilité d’aller à l’école, de consulter un médecin, d’occuper un emploi, d’ouvrir un compte bancaire, encore moins d’acquérir une maison ou une terre. Ces personnes sont également les plus exposées aux différents types de discriminations et abus car elles ne sont reconnues par aucun Etat en application de sa législation.

Plus spécifiquement, ce don de l’Italie et de la République Tchèque permettra au HCR d’établir une cartographie des apatrides et personnes à risque d’apatridie en Côte d’Ivoire afin de de mieux orienter son action de lutte contre l’apatridie, et de soutenir les autorités dans la fourniture de documents d’état civils et dans les reformes en cours en vue de prévenir et réduire les risques d’apatridie en Côte d’Ivoire.

En outre, cette importante contribution permettra à 14 763 ivoiriens rapatriés de reconstruire leur vie à travers les activités de réhabilitation d’école, de centre de santé, de point d’eau, de formation professionnelle et d’appui financier pour des activités génératrices de revenus.

 

Source : sercom unhcr